Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan

Entrée du Musée

Le musée du Dodo

Les tortues géantes Cylindraspis

Tortue Cylindraspis

Tortue Cylindraspis, d'après R. Bour. Museum National d'Histoire Naturelle, Paris.

Endémiques à l'archipel des mascareignes, elles étaient si grandes que «huit ou neuf personnes peuvent s'asseoir sur la carapace renversée d'une seule d'entre elles et y prendre leur repas.» (Amiral Verhooven, 1600). La première mention de l'existence de ces tortues remonte à 1598 (Amiral van Warwyck).

En 1671, de Lespinay remarquait:  

elles sont en si grande quantité par tous les endroits de l'île, qu'une personne peut en tuer mille deux cents par jour, ou pour mieux dire, autant qu'elle voudra.

En 1708, Leguat commente l'abondance des tortues sur Rodrigues:

L'on en voit quelquefois des troupes de deux à trois mille, de sorte que l'on peut faire plus de cent pas sur leur dos… sans mettre le pied à terre. Elles se rassemblent le soir dans des lieux frais et se mettent si près l'une de l'autre que la place semble en être pavée.

De 1732 à 1771, Alfred North-Coombes estime le nombre de tortues massacrées sur la seule île de Rodrigues à environ 280 000. Leur chair était utilisée en boucherie, en médecine, mais aussi pour nourrir les cochons ou être échangée contre des poules.

Le chanoine Pingré, lors de son séjour à Rodrigues en 1761, notait ainsi :

En trois mois et demi de temps que j'ai passé dans cette île, nous ne mangions presque rien autre chose: soupe de tortues, tortues en fricassée, tortues en daube, tortues en godiveau, œufs de tortue, foie de tortue… sans oublier le célèbre plat de tripes desséchées. Tels étaient presque nos uniques ragoûts; cette chair m'a paru aussi bonne le dernier jour que le premier…

La graisse de ces animaux est fondue pour faire une huile. Il faut en abattre cinq cents pour en obtenir un demi-baril.

L'huile de tortue n'a aucun mauvais goût, elle est très saine; nous en assaisonnions nos salades, nous l'employions dans nos fritures et dans toutes nos sauces.

Chirurgiens et médecins ont également trouvé d'intéressantes propriétés thérapeutiques à cette huile, notamment pour combattre les douleurs, paralysies et surtout le scorbut.

Devant l'ampleur des massacres et du gaspillage et afin de préserver ces espèces bien utiles à la Compagnie des Indes et au ravitaillement des navires, des mesures de protection furent rapidement prises, la première ordonnance visant à protéger les tortues de terre date du 12 mai 1671. En 1710, le ramassage sera limité par décret à six tortues par an et par personne, avec interdiction de prendre de jeunes individus. En 1715, une ordonnance royale établit les peines et amendes dont seraient passibles les contrevenants: 100 Francs pour les Blancs et 100 coups de fouet pour les Noirs…

L'extinction définitive de ces tortues endémiques survint en 1735 à Maurice, vers 1804 à Rodrigues et 1840 à La Réunion. Les tortues terrestres, présentes sur la plupart des archipels, étaient les plus prisées et jouèrent ainsi le rôle de «boîtes de conserves». Elles pouvaient survivre plus de quinze semaines sans boire ni manger et fournissaient une viande fraîche et de qualité.

Certaines espèces ont beaucoup migré, c'est le cas des tortues terrestres de l'océan Indien, qui ont du faire de nombreux aller-retours, jusqu'à leur disparition liée au fait que les hommes les aient décimées jusqu'aux dernières. Cette grande mobilité des tortues terrestres est également liée à leur métabolisme propre: elles peuvent survivre plusieurs semaines sans manger et de plus, la position de leurs poumons, sous le sommet de leur carapace, leur garantit stabilité et flottabilité.

dodo

Bann torti zean, fami Cylindraspis

b

Tortue de terre, Rodrigues par Jossigny.

Nek dan bann zil Maskareyn ki ti kapav truv torti zean. Zot ti sitan gran ki wit u nef dimunn ti kapav asize dan enn sel karapas ranverse. Ena gravir montre nu bann marin pe manze andan. Premye fwa dimunn inn mansyonn zot lexistans, ti dan lane 1598 (Amiral Van Warwyck). Dan lane 1671, de Lespinay ti pe remarke :

Zot kantite telman gran e partu dan lil, ki enn dimunn tu sel, kapav tuy 1200 torti par zur, kapav dir, otan ki li ule.

Lane 1708, Leguat pe komant sa kantite astronomik bann torti dan Rodrig :

Parfwa, nu kapav tom lor enn trupo de a trwa mil, zot telma buku, ki nu kapav mars lor zot ledo e fer plis ki san pa san nu remet lipye lor later.

Aswar, zot pe grup grup zot ansam dan bann landrwa fre e zot telma koste sere enn lor lot, ki landrwa la paret ena pavaz lor la. 

Depi 1732 zika 1771, nu kapav donn enn estimasyon lakantite torti ki ti masakre zis lor lil Rodrig: apepre 280 000. Zot laser ti pe servi dan labusri, pu fer medsinn, me usi pu manze koson, swa bann marin ti byen kapav esanz zot kont pul pu varye nuritir.

Monper Pingré, pandan so sezur dan Rodrig, dan lane 1761, li ti pe note:

Dan sa trwa mwa ki mo'nn fer isi, nu ti pe manz preske nek sa. Lasup torti, frikase torti, ladob torti, torti an bulet bwi, dizef torti, lefwa torti,… San nu bliye sa manyer kwi zot ki ti fame. Nu ti pe manz nek sa tulezur e, marke garde, depi premye zur ziska dernye zur, mo finn truv so laser ekselan mem mo dir u.  Laser sa zanimo la ti fonn usi pu gany dilwil. Ti bizin tuy senk san pu gayn nek demi galon. Dilwil torti na pena okenn move gu, li byen bon mem pu lasante, nu ti pe servi li dan salad, dan fritir ek dan tu bann lasos.

Sirirzyen, dokter, zot tu finn truv sa dilwil ti ena bann propriyete ek bann kalite kapav servi dan medsinn pu konbat duler, paralizi ek sirtu, mank vitaminn C ki nu apel skorbit.

Devan lanpler sa masak ek gaspiyaz ki ti ena, dan bi prezerv sa bann espes ki ti pe paret telman itil pu ravitayman bann bato Konpani Dezend, bann lotorite ti pran tudswit bann mezir: premye ordonans pu protez torti later, li dat depi 12 Me 1671. 1710, pa ti gayn drwa ramas ninport ki kantite, nek sis torti par sak lane pu sak dimunn, pa plis. Ena interdiksyon, desizyon Guvernman pu anpes pran bann zenn torti. Lane 1715, enn Ordonans lerwa ti pe mem fikse lakantite pinisyon ek lamann pu tu bann froder: 100 fran pu bann Blan ek 100 kudfwet pu bann Nwar…

Pu Moris, se dan lane 1735 ki torti later zean inn disparet, apepre 1804 pu Rodrig ek 1840 pu Burbon (Larenyon zordi). Ofe tu bann torti teres ki ti egziste lor laplipar bann zil, zot gu ti byen bon, e zot ti pe zwe enn rol «bwat konserv». Zot ti pe kapav viv plis ki 15 semenn san bwar u manze e zot lavyann ti byen bon ek tuzur fre.

Testudo vosmaeri

Testudo vosmæri, Fitziger.

dodo

Austin, J.J. & E.N. Arnold, 2001. Ancient mitochondrial DNA and morphology elucidate an extinct island radiation of Indian Ocean giant tortoises (Cylindraspis) Proc. R. Soc. Lond. B 268, 2515-2523.

Ancient mitochondrial DNA sequences were used for investigating the evolution of an entire clade of extinct vertebrates, the endemic tortoises (Cylindraspis) of the Mascarene Islands in the Indian Ocean. Mitochondrial DNA corroborates morphological evidence that there were five species of tortoise with the following relationships: Cylindraspis triserrata ((Cylindraspis vosmaeri and Cylindraspis peltastes) (Cylindraspis inepta and Cylindraspis indica)).

Phylogeny indicates that the ancestor of the group first colonized Mauritius where speciation produced C. triserrata and the ancestor of the other species including a second sympatric Mauritian form, C. inepta. A propagule derived from this lineage colonized Rodrigues 590 km to the east, where a second within-island speciation took place producing the sympatric C. vosmaeri and C. peltastes.

A recent colonization of Réunion 150 km to the southwest produced C. indica. In the virtual absence of predators, the defensive features of the shells of Mascarene tortoises were largely dismantled, apparently in two stages. `Saddlebacked’ shells with high fronts evolved independently on all three islands.

This and other features, such as a derived jaw structure and small body size, may be associated with niche differentiation in sympatric species and may represent a striking example of parallel differentiation in a large terrestrial vertebrate.

The history of Mascarene tortoises contrasts with that of the Galápagos, where only a single species is present and surviving populations are genetically much more similar. However, they too show some reduction in anti-predator mechanisms and multiple development of populations with saddlebacked shells.

Download article, pdf file 261 KB (sign on required).

Emmanuel Richon

dodo

 

Préambule | Les mystères d’un nom | Dodoland | Témoins oculaires | Des contradictions évidentes | Premières légendes | Derniers témoins | Physionomie du Dodo | Le Dodo de Prague | Le Dodo de Surat | Le Dodo d'Amsterdam | Des Dodos blancs | L'image déformée d'une image déformée | Où est la vérité ? | Quels vestiges ? | Mais d'où sort-il cet oiseau ? | Injustice pour tous les autres | Les tortues géantes Cylindraspis | Quel régime alimentaire ? | Symbiose avec les tortues ? | Le Dodo d'Alice |Frère du Dodo| Découvertes du solitaire | Evolution | As dead as the Dodo ? | Conclusion ? | Bibliographie | Questionnaire destiné aux scolaires | Le Dodo a désormais son Musée virtuel | Réactions | Presse | Contemporains disparus | Dodo and solitaires, myiths and reality | Texte de Buffon consacré au Dronte | Louis Etienne Thirioux | Short communications | Emmanuel Richen sonne "Le Reveil du dodo" | Le reveil du dodo | Il faut sauver le dodo | The intercultural dodo | Sous la varangue | Des dodos comme s'il en pleuvait !!!... | Le Dodo de Lausanne
 

Avan teks | Mister enn non | Dodoland | Temwen vizyel | Enn ta kontradiksyon | Premye lezann | Dernye temwen | Dodo la so portre | Dodo Prag la | Dodo Surat | Dodo Amsterdam | Bann Dodo blan | Zimaz enn zimaz enn zimaz,… | Kot laverite ? | Ki pe reste aster ? | Dodo la, ofe ki li ete ? | Pa Dodo selman | Bann torti zean, fami Cylindraspis | Ki zot ti pe manze ? | Ki zot ti pe manze ? | Sinbyoz1 ek torti ? | Dodo Alice | Dodo la so frer | Dekuvert soliter | Evolisyon | Konklizyon ? | Bibliographie | Kestyoner pu bann zelev

Viré monté