Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan
FLUX D'INFORMATIONS   feed   facebook Twitter                  LE POTEAU MITAN
KRÉYOLAD PHOTOTHÈQUE
ARCHIVES INDIANITÉ
MO FLÉCHÉ AUTEURS
MUSÉE DU DODO ZOBEL
FRAZ KREYÒL POTOMITAN IOCP

Visitez notre richissime sommaire vous ne le regretterez pas une seconde!!!

Le site Kapes Kréyol a beaucoup grandi, tant et si bien qu'il déborde le cadre du Capes de créole, tout en gardant une partie réservée à ceux qui préparent le CAPES, il a besoin de répondre à autre chose car il devient toujours plus un lieu d'échange et de promotion de tous les créoles. On a choisi le nom POTOMITAN, qui signifie le «poteau central», pour indiquer que notre site veut être un des piliers des langues et cultures créoles. Nous changerons la présentation du site au fur et à mesure de nos possibilités, si vous notez des problèmes techniques, écrivez-nous. Bonne navigation à tous! Charte de respect et de bienséance.

Les opinions et idées présentées sur le site appartiennent à leurs auteurs, elles ne représentent pas forcément celles du

Dangerous Creole Liaisons

La Gorgone et la Monnaie Caraïbe

Une Gorgone, un jour, vit venir à elle une jolie pièce de Monnaie Caraïbe au manteau tout ocellé de belles tâches orangées:

— Soit la bienvenue dit l’Eventail des mers1 à l’Escargot des fonds2, je sais que les humains t’ont inscrit sur leur liste des animaux protégés mais, s’il te plait, n’oublie pas que bien que n’étant ni bête ni plante, sans être pour autant du règne minéral, je suis également en grand danger d’extinction!

— Je ferai comme bon me semble dit le Prédateur gibus et tu n’as rien à dire!

Aussitôt notre gastéropode, tout comme un escargot affamé fait d’une fragile laitue, se jette sur la gorgone et commence à dévorer son hôte.

— Pitié! dit la Gorgone, tu peux lécher ma peau pour te nourrir des vieilles cellules cornées ou encore manger les algues microscopiques qui m’encombrent et m’étouffent, mais je t’en prie ne mange pas mes bourgeons les plus tendres. Respecte au moins la première règle de la vie!

— J’ai faim moi, dit la Monnaie Caraïbe, consciente de sa valeur marchande dû à sa rareté, et nulle règle qui soit ne m’empêchera de te dévorer!

Et tel un Attila des mers tropicales, le Cyphome à bosse se mit à croquer de plus belle.

— Alors ce sera la fin pour nous deux, toi et moi disparaitrons, car je te le rappelle tu ne peux survivre sans moi.

Alors le petit bossu se mit à réfléchir:

— C’est ma foi vrai ce que dit ce corail! S’il disparait je n’aurai plus rien à me mettre sous la dent!

Hector Poullet