Potomitan

Site de promotion des cultures et des langues créoles
Annou voyé kreyòl douvan douvan

Nout lang

Jean-Marie Baré & Daniel Hoareau
(Traduction Lambert Félix Prudent)

Pokwé nout lang sou pié mang i dor, pokwé pokwé mèm 
Pourquoi notre langue dort-elle sous le manguier ? Pourquoi, pourquoi donc ? 
Pouki lang an-nou ka dòmi anba mango ? Pouki ? Poukisa ?

Kissa i plèr la pré kri la mor, anou anou mèm 
Qui donc pleure et hurle à la mort, sinon nous-mêmes ?
Kimoun ka pléré, ka hélé anmwé, noumenm an-nou

Pokwé mon lang konm an tang i dor, pokwé pokwé mèm 
Pourquoi ma langue dort-elle en tangue (hérisson) ? Pourquoi, pourquoi donc ?
Pouki lang an-mwen ka dòmi k’on koulèv antòch ? Pouki ? Poukisa ?

Dann gro lardèr li akokiy lo kor, koz ou koz ou mèm 

Dans la chaleur accablante, elle se recroqueville le corps,  à cause à cause de toi même
Chalè-la ka fè-y kòwvyé si-y menm, parapòt a voumenm a-w.

Si wi vé tap a li, kony a li, touf a li 
Si tu veux, frappe-la, cogne-la, étouffe-la !
Si ou vlé bat-li, kongné-y, toufé-y !

Si wi vé kraz a li, zèt a li, bli a li 

Si c’est ta volonté, écrase-la, envoie-la au diable, renie-la …
Si ou vlé krazé-y, jété-y, bliyé-y

Kit ma yèm a li, kit ma mour a li 

Mais moi, laisse-moi l’aimer, laisse-moi la caresser 
Mwen an vlé enmé-y, mwen an vlé mò ba-y.

Kit ma dans a li, kit ma sant a li 

Laisse-moi la danser, laisse-moi la chanter 
Mwen an vlé dansé-y, mwen vlé chanté-y

Kit ma yèm a li, kit ma mour a li 
Laisse moi l’aimer, laisse moi la posséder
Mwen an vlé enmé-y, mwen an vlé mò ba-y

Kit ma manz a li, kit ma vanz a li

Laisse-moi la savourer, laisse-moi l’honorer 
Mwen an vlé lanbanné-y, mété-y alonnè..

Mon lang konm an kanot si la tèr malizé débouz a li

Ma langue est une barque, sur terre, difficile à gouverner
Lang an-mwen k’on kannòt, asi latè i pa néta doubout

Dék li tous la mèr wi sa malèr li fiyout an zangiy 
Mais dès qu’elle gagne la mer, Ô misère! la voici anguille qui se faufile
Mé gadé-y pwan lanmè, fout! I ka koulisé bandé k’on kong

Mon lang konm an kanot si la tèr malizé débouz a li 
Ma langue est une barque, sur terre, difficile à gouverner
Lang an-mwen k’on kannòt, asi latè i pa néta doubout

Dék li tous la mèr kit ta mèr li filout an zangiy 

Mais dès qu’elle touche la mer, crénom de Dieu (putain de ta mère !) elle se défile comme une anguille
Mé gadé-y pwan lanmè fout-tonnan ! I ka koulisé bandé k’on kong.

Kisa gran min invizib i prétan pa mon kozé
Quelle est cette grande main invisible qui méprise ma parole
Aki gran lanmen envizib la ka dérizyonné sa an ka di ?

Amwin kréol la la gèl la lé lib mwin la pa pou largé
Moi, Kréol, ma gueule est libre ! Je ne vais rien lâcher !
Mwen sé Kréyòl,  gyèl an-mwen lib ! An pé ké lagyé ahak !

Kisa gran min invizib fane mon rèv dann van mové
Qui est cette grande main invisible qui dissipe mes rêves aux vents mauvais
Aki gran lanmen envizib la ka gayé rèv an-mwen an mové van ?

Amwin kréol kan minm koko d'tèt vid na ankor lo gou kozé
Moi, Kréol, même quand j’ai la tête vide, j'ai encore le goût de parler
Mwen sé Kréyòl, menmsi tèt an-mwen flo,  an ni hogou pawòl an bouch.

Ki kalité lang wi di pi ma lang, bekali kalité minm

Quelle sorte de langue que tu estimes puante, mais sacrée espèce de langue !
Ki sòt lang dapwé-w ka pit bòhè, mé on sakré bèl kalité lang !

Biny dann lo la mèr tir gro lodèr mousang, santi santi minm
Va la baigner à la mer pour ôter cette puanteur, elle sent encore plus fort
Bengné-y an dlo-lanmè pou woté vyé lòdè-la, lòdè-la pli fò ankò

Ki lang i vol i vol an zèl papang, i ronde i ronde minm
Quelle langue vole de ses ailes de papang (rapace), qui plane et tournoie là haut,
Ki lang ka volé, volé k’on gligli, pou  planni planni a-y an mitan syèl

Kan pié langilang vétivèr moulang, lodèr ral ali ral ali minm
Quand l’ylang-ylang ou le vétiver l’attire, odeur enivrante, envoutante
Lè ilan-ilan oswa vèltivè ka fè-y viré bon l|odè menné-vini.

Ti di sa lang sal donn manzé koson, i loz i loz minm
Tu l’appelles langue souillon, juste bonne aux cochons, dans des auges bien pleines
Ou ka kriyé-y lang sal, jistikont bon pou plen so manjé-kochon

Dann marmit dori rant pa an graton, onzèr midi minm
Au fond des marmites, le riz ne se fait-il pas graton, pour le repas de midi
An fon kannari diri-brilé la ké bon pou manjé  anmidi.

Boug déor dédan nana lang an firang, i désikot sikot minm
L'étranger a en lui une langue bien acérée, qui taillade et déchicote
Moun lòtbo ni lang a-yo filé omouch bon pou koupé-haché.

Kit ma bour d'fé sanm in paké zangzang, tangolé tangolé minm
Laisse moi y mettre le feu avec du petits bois, et l’attiser avec le tangol (soufflet),
Ban-mwen pay-sèk épi tibwa pou mété difé épi vanté-y é lévantay.

Pokwé nout lang sou pié mang i dor, pokwé pokwé mèm 
Pourquoi notre langue dort-elle sous le manguier ? Pourquoi, pourquoi donc ? 
Pouki lang an-nou ka dòmi anba mango ? Pouki ? Poukisa ?

Kissa i plèr la pré kri la mor, anou anou mèm 
Qui donc pleure et hurle à la mort, sinon nous-mêmes ?
Kimoun ka pléré, ka hélé anmwé, noumenm an-nou

Pokwé mon lang konm an tang i dor, pokwé pokwé mèm 
Pourquoi ma langue dort-elle en tangue (hérisson) ? Pourquoi, pourquoi donc ?
Pouki lang an-mwen ka dòmi k’on koulèv antòch ? Pouki ? Poukisa ?

Dann gro lardèr li akokiy lo kor,
Dans l’ardeur elle se recroqueville,
Douvan chalè i ka kòwvyé si-y menm

gramoun gramoun mèm, gramoun gramoun mèm, gramoun gramoun mèm,
gramoun gramoun mèm, gramoun gramoun mèm.

Tout comme les vieilles gens, les vieilles gens, les vieilles gens
Menmjan granmoun ka fè, granmoun i ja pasé granmoun.

Remarques lexicologique

Tang: en français local, «tangue»; petit hérisson réunionnais, chassé par quelques personnes qui en font une chair réputée. Le terme est parfois péjoratif notamment quand il est appliqué au «cafre», réputé sentir mauvais. La traduction française «technique» est le tanrec.

Kit ta mèr: «le cul de ta mère». Impliqué dans une séquence phonique ou un autre «kit» joue un rôle d’impératif verbal. Autre homophonie, la mer /la mère. L’insulte peut être perçue ici comme une simple onyterjection.

Békali: sapristi. Même remarque, interjection de colère, plus que d’insulte.

Loder moussang: «remugle» en langue soutenue. Allusion à l’odeur désagréable du poisson ou des crevettes mal conservés, on dit aussi aux Antilles «sentir le frai».

Firang: adjectif d’origine malgache, mince, aigu, pointu, tranchant. Par extension désigne un  engin type crochet, harpon ou hameçon pour pêcher ou encore un outil supprimer des souches persistantes. Peut être appliqué à une personne très maigre. 

Dori an graton: déchets de lard attachés au fond d’une marmite. S’applique parfois à la croûte brune du fond de la casserole parvenant à une certaine solidité, on pouvait alors tenir un «graton» de riz dans la main.

Zangzang: brindilles ou copeaux servant à allumer le feu, pouvent couver encore même lorsque la braise semble éteinte.

Papang: en français local «papangue»; oiseau busard de Maillard, petit rapace vivant en altitude, seul prédateur endémique de la Réunion. Par extension jeune femme vivant de ses charmes. 

Tangol: tuyau qui sert à souffler sur le feu pour l’attiser. On dit aussi «calumet». Tangol a été le terme choisi par Axel Gauvin pour fonder l’un de ses premiers groupes de recherches et proposer un système d’écriture. Violemment attaquée par les adversaires du créole standardisé, l’écriture tangol est celle qui a aidé partisans et défenseurs à la promouvoir.

Sikote, désikote: c’est le chicot de bois, souche ou racine qui affleure de terre quand on a coupé l’herbe ou l’arbre.

Koko d’tête: tout simplement la tête, on dit «koko» ou «koko d’tête», qui n’est qu’une forme accentuée. On peut dire aussi «koko d’tête» pour le «crâne».

Gran moun: vieillard, personnes âgées.

boule

 Viré monté