Réinion 3
 

MOUVMAN CONTRE LA MAISON DES CIVILISATIONS

Paul Vergès doit geler
 

reinion3
Le MRICR présente des ouvrages de différents pays créolophones dont la graphie se raproche de celle de 83.

Une cascade de propositions

Les élections étant passées, le MRICR (Mouvemen: pour le respect de l'identité culturelle réunionnaise) revient sur «la campagne agressive de désinformation d'Alain Bénard», sur l'enseignement du créole à l'école.

«On en a ras le bol de la tournure que prend cette question, cela relève du trouble obsessionnel compulsif chez certains politiques». estime Mickaël Crochet qui a décidé d'offrir, un livre («Portrait du colonisé, portrait du colonisateur d'Albert Memmi) à Alain Bénard pour «l'aider à mieux se comprendre».

«Pendant la campagne, on a entendu des inepties qui feraient rigoler un étudiant en première année de linguistique», ajoute-t-il, et le combat mené contre l'enseignement du créole semble porter ses fruits puisque depuis quelques semaines l'option LCR a été supprimée dans deux établissements du Tampon. Pourtant, souligne Jacqueline Camatchy, professeur de créole, «il y a des gens formés, qui ont passé un CAPES et ils sont mutés sur des postes d'histoire-géo alors qu'il y a une demande en LCR».

«On e l'impression d'une régression identitaire, on lit dans les journaux les mêmes discours qu'il y a cinq ans», peste Mickaël Crochet. Pour sortir de cette impasse, le MRICR propose la mise eu place d'une commission d'expertise pluridisciplinaire avec des juristes, des pédo-psychiatres, des linguistes d'Europe et de la Réunion afin de «faire un diagnostic et proposer des piste pour sortir de ce trou».

Application du plan académique

Par ailleurs, le MRICR rappelle qu'il existe un conseil académique pour la langue et la culture réunionnaise qui a voté «à l'unanimité» un plan de développement académique. «Mais depuis 2002 cette commission ne fonctionne plus. C'est inadmissible qu'avec la valse des recteurs tel au tel dossier soit bloqué», souligne le président du MRICR qui demande «la Convocation d'urgence du conseil académique et l'application du plan académique» qui prévoyait notamment l’information du public.

Au passage, il rappelle que le service public est chargé de la promotion de la langue régionale et que le MRICR réclame depuis 1999 des spots et débats télévisés sur le sujet

Le MRICR compte également prendre contact avec les nouvelles équipes en place à la Région et au Département et «nous allons placer la plateforme de proposions du MRICR sous le signe de la démocratie participative». Opposé, on le sait, au projet de la Maison des Civilisation jugé notamment trop élitiste, le MRICR va donc demander au président de la Région de geler le projet. «I1 faut d'abord une réflexion globale sur la politique culturelle», dit Roger Théodora. Le MRICR propose donc la tenue d'un forum, débouchant sur des groupes de travail incluant non seulement des universitaires mais aussi des associations, des chômeurs… afin d'élaborer, en partenariat avec la Drac et les collectivités, une charte culturelle.

Le MRICR souhaite également, à l'instar de la Bretagne et du Pays Basque, la mise en place d'un conseil de la langue et de la culture réunionnaise. Celui-ci devra être un outil indépendant avec un fonctionnement transparent et démocratique. «Cela suppose une gestion tripartite avec la Drac, les collectivités et les associations, précise Mickaël Crochet. Il suggère encore un «Poseidom identité réunionnaise», en soulignant que la Corse a obtenu des financements européens pour valoriser les produits du terroir. Une piste pour développer l'économie identitaire.

Par ailleurs, défendant depuis toujours la graphie de 1983, le MRICR persiste à dire qu'il s'agit d'un «choix d'ouverture sur espace créolophone» comme le montre les graphies adoptées aux Seychelles, à Maurice ou à Haïti.

P.E., Le Quotidien de la Réunion, 8.4.2004

Paul Vergès doit geler

La page des Régionales vient à peine d'être tournée que déjà, l'association Mouvman (Mouvement pour le respect de l'identité culturelle réunionnaise) remonte au créneau pour dire tout le mal qu'elle pense de la Maison des civilisations. "Chacun sait que ce projet relève d'une démarche élitiste, entamée par les obligés de Paul Vergès, estime ainsi Mickaël Crochet. La culture populaire réunionnaise n'a pas sa place dans cette Maison des civilisations, qui va d'abord s'adresser aux classes créolopolitaines."

Et le président de Mouvman d'enfoncer le clou en dénonçant l'essence même de ce projet

«En prônant un retour aux civilisations ancestrales, Paul Vergès se situe dans une logique communaulariste. Il serait préférable de consolider la culture réunionnaise, d'hier et d'aujourd'hui, qui est la substance de notre identité à tous. Nous en appelons donc à la sagesse du président du conseil régional afin qu'il accepte de geler ce projet.»

Mickaël Crochet sera-t-il entendu'? Rien n'est moins sûr. En attendant, Mouvrnan n'est pas avare de propositions: «Pour éviter les petits arrangements entre dalons, nous préconisons Ici tenue d'un forum avec l'ensemble du monde associatif,

dans le but de définir une charte culturelle pour la Réunion. Laquelle pourrait faire l'objet d'un vote solennel le 20 décembre prochain. Par ailleurs, afin de ne pas être sous la coupe d'une collectivité, nous souhaitons la mise en place d'un conseil de la langue et de la culture réunionnaise».

Et pour en fin mettre tout le monde d'accord, Mickaël Crochet réclame «la venue d'une mission d'experts pour un diagnostic sur la question sociolinguistique.»

Hier à Saint-Pierre, Mickàel Crochet a lancé un appel à Paul Vergès afin qu'il gèle son projet de Maison des civilisations.

B.D., Le Quotidien de La Réunion,8.4.2004 .
 

A lire :

Maison des civilisations, graphie 2001: outils modernes de déstructuration de l’identité réunionnaise. Roger THÉODORA.

Pour un bilinguisme heureux et équilibré par F.G. Enseignant en LCR au primaire.