Prozé po Lofis la lang kréol La Rényon

Projet pour l’Office de la langue créole de La Réunion

Franswa Sintomer
François Saint-Omer
 

Tout bann lang i éné akoz in bozwin

Toute langue naît par nécessité

Napwin in lang i éné ek bonkèr

Anpliskésa lo lang i domine i fé rant an misouk bann moukataz po rabès in lang raport lot klas, lo nyoransaz inn-élot group domoun ek anparèyansaz po anbaroté bann lang i komans lèvé, konm tout bann nouvo solidarité

Aucune langue ne naît de bon cœur.

Mieux la langue dominante insinue la zizanie, la dépréciation de l’une ou l’autre classe, le déni de l’un ou l’autre groupe ou ethnie par assimilation pour neutraliser toute émergence de langue, de nouvelles solidarités.

Si lo kréol li minm li toultan po moukat zimaz lo kaf, lo shinwa, lo malbal, lo yab, li sar po tyé ali li minm ek bann kozman konm: «langaz kaf; sa lang la moukat sa!».

Si le créole salit l’image du cafre, du chinois, de l’Indou, du petit blanc, il va a sa perte: on entend alors c’est un: «langage caf; langue la moucatte».

Parkont nou wa la lang dominan épi dominatèr i tonm konm la lang domoun lé intélizan, zonm dafèr,biznèsmane, la lang domoun lé prop, la lang internasyonal. Kosa ousa va graté ek kozé kréol!

A l’opposé la langue dominante et dominatrice est considérée comme la langue de l’evolué du businessman, du distingué, la langue mondiale. Qu'est-ce tu veux faire, il n'y rien à faire avec le parler créole!

Tyinbo ek lo mo «kréol» i tonm in fason arèst anmaré ek la fransé po bord ankor plis bann kiltir i rant anndan lo fénésansaz ansanm-ansanm la lang rényoné konm:

  • Lo kréol lé komkidiré in déformasyon la lang fransé.
  • Lo mo kréol lé riyink po la lang fransé, li lé in tiktak ligwitik
  • La éné raport bann sityasyon ralé-pousé bann pèp la viv dsi in minm
  • Tériktwar la siport lesklavaz.

Maintenir le terme «créole» c’est faire allégeance à la langue «Mère» pour mieux nier l’apport de chaque culture dans la création commune de la langue réunionnaise puisque:
le créole est supposé être une déformation de la langue française.

Le mot créole n’est pas spécifique à la langue française, c’est un systémes linguistique qui sont nés des situations conflictuelles de rencontres des peuples sur un même territoire qui ont subi l’esclavage.

Lé in tiktak lingwistik té fénésansé riyink ek in sèl pwinnvizé
Fé fason bann pèp té la ansanm i konpran antrozot.

C’est un système linguistique qui s’est instauré dans le but exclusif de l’intercompréhension des peuples en présence.

Si lo mo kréol lé riyink po nomé in lang déformé épi nou krwa , nou lé atramayé
Anndan nout manyèr maziné lo mo kréol, konm li lé in sinp déformasyon la
Lang fransé, lézot langaz napwin lo drwa i dévlop konmkifo lo fénésansaz la lang rényoné.

Si le mot créole est simplement la mise en place d’une langue déformée et que nous y croyions, nous sommes aliénés dans la manière même de penser le mot créole, car s’il est une simple déformation de la langue mère, les autres apports langagiers n’ont pas droit à la construction de la langue réunionnaise.

Porézon lèrk lo malgash nora in pli gayar zimaz son péyi,kan lo shinwa va war la shine promyé dann lo ran bann nasyon, lèrk lo malbar va war Linn konm in gran péyi i lèv, zot nora pi riyin awar ek lo kréol.

Ainsi quand le malgache aura une meilleure image de son pays d’origine, quand le chinois verra la Chine au tout premier rang des nations, quand l’Indou verra l’Inde comme un grand pays émergeant, ils n’auront plus rien à faire du créole.

Parèyman, lo zorèy va kriy pli for sa lé pa son lang, son kiltir épi konm ali, li lé lo dominan, pa li byinsir po prann ankèr in lang an partaz , in lang po in myé viv ansanm.

De même, le zoreil dira que ce n’est pas sa langue, sa culture et qu’en sa qualité de dominant il n’est pour lui pas question d’épouser une… puisqu’il est souvent venu pour ramasser la caillasse, pas question d’épouser une langue du partage, du vivre ensemble.

In not tiktak lo dominan i anserv, kan li pé pi bordé so langaz maternel i tyinbo sèk, li va dir, sa lé in gayar patwa, ziska zoli, li lé garni ek bandé zimaz, nadfwa an kapasité fé fonnkézik ansanm soman zis bon po fé rir la boush.

Une autre astuce du dominant quand il ne peut se débarrasser de ce langage maternel prégnant, dira que c’est un joli patois: sympathique, qu’il est imagé, voire poétique (mais) juste bon pour rigoler.

Bann nouvo péyi dominan konm Linn, la Shine, Madagaskar, va dir san mayaz: «La Rényon», Moris, sa nout bann koloni agard la mazèr parti bann domoun lé malbar, shinwa sinonsa malgash!

Porézon i fo larg lo mo kréol par rapor lo péyi anndan lékèl nou lé «La Rényon».Obyin ek la fason sinbolik, eské i fo pa maziné sak pèp i artourn dan lo péyi ousa zot i sort?

Les nouveaux pays dominants comme l’Inde, la Chine, Madagascar, diront en toute simplicité: «la Réunion», Maurice, ce sont nos colonies puisqu'une grande partie de leurs habitants sont d’origine hindou, chinoise ou malgache!

Il faut donc larguer le mot «créole» au profit du pays dans lequel nous sommes «La Réunion». Où de manière symbolique, ne faudrait-il pas alors que chaque peuple regagne son pays d’origine?

La lang rényoné, lé lang i tyinbo ek tout bann domoun La Rényon, zot kiltir, zot bann
Mo, ousa lé fénésansé lo respé inn-élot, in lantant anfrèrnèt, dann in mazinasyon i sava si in fénésans zist dan lo partaz bann byindfon kiltirèl rényoné.

La langue réunionnaise, c’est la prise en compte de tous les habitants de La Réunion, de leurs cultures, de leurs mots où s’instaure un mutuel respect, une entente fraternelle, un esprit créatif, un juste partage des biens.

La lang rényoné i dwa bord bann zérèr la lang dominant la fé, par egzanp so lékritir fransé ek konm soubasman in tralé ek in takon zésépsyon lékritir sitan an poundyak, i tonm tro malizé po zot prop nasyon azot minm pratik zot lang.

La langue réunionnaise doit éviter les erreurs des langues dominantes, basées sur de multiples exceptions d’écriture rendant inaccessibles à leurs propres concitoyens la pratique de leur propre langue.

Porézon tout bann rantraz étimolozik anndan lékritir, lé po fé lo vantar kitouni épi po kal si dann tan lontan, in zafèr an dékalaz ek bann tiktak lékritir koméla, po artonm in lékritir lé andéor lo vré fonksyonaz lo langaz ékri.

Par exemple toutes adjonctions étymologiques, simples produits du pédantisme et du passéisme, sont totalement étrangères au rôle fonctionnel du langage écrit.

Sat i tyinbo pa konmkifo ek son prop lang li lé bordé, parlfèt tout sat lé bordé sé-d nouvo zésklav, domoun bézé po toulbon akoz zot i koné byin kozé, ni byin ékri.

Celui qui ne maîtrise pas sa propre langue est rangé au banc des exclus, des serfs, des nouveaux esclaves parce qu’il ne sait ni bien parler, ni même écrire.

La fonétik i raprosh domoun ek zot bann son anservi zourpozour po koz zot lang, sa lé in bordaz an mwin.
Anon fénésans in lang i tyinbo byin dobout abordab po toulmoun.
Anon in lang lé rouvèr ousa shakin anndan nout pèp na son plas.
Ené konm sak la désid viv anndan so péyi nomé po nou mèt ansanm, La Rényon sa i vé dir : manzé rényoné, koz rényoné, lé osi mèt ansanm bann soubasman sinbolik gabyé épi po toulbon in nouvo péyi vrémanvré, in not manyèr viv sinonsa san konsyan ni sava si la mondyaliznazté, lo makdolinazté, lo bordazté.

La phonétique, rapproche l’individu de ses sons quotidiens, c’est une exclusion de moins à subir.
Faisons une langue de plein pied, «accessible» à tout le monde.
Faisons une langue à fonctionnalité laïque où chacun a sa place.
Né ou ayant décidé de vivre dans ce pays au nom unificateur qui est La Réunion c’est se signifier:
Manger réunionnais, parler réunionnais, c’est fonder symboliquement et concrètement un nouveau pays, une nouvelle manière de vivre sinon c’est s’exposer sans conscience véritable à la mondialisation, à la macdonisation, à la marginalisation.

Ousa i lé nout bann zanfan ? zot la pi ditou in ropèr ek zot langaz, zot manzé , zot lé paré po rant anndan lo rosanblaz tout parèy, anbark dsi ninportékèl bato fou, i pas i ara lek li so kor movégrèsé, lo sida, layzaymèr, bèf foufou, grip-volayèr, shikoungounya, … byin-byin mol so domin.

Où en sont nos enfants ? Ils n’ont plus de repères langagiers, voire alimentaires, ils sont prêts à l’uniformisation, à s’embarquer sur n’importe quel bateau de passage traînant dans leur sillage, obésité, sida, alzeihmer, vache folle, grippe aviaire, chikungunya… bien triste avenir.

Porézon sré bon toulbon byin agard anfinfon war ou nou fine arivé po komansé koman la lang rényoné la fine fé rantré in tralé zafèr kiltirèl na in valèr lé bandé.

Il est donc salutaire de faire un état des lieux et de révéler que la langue réunionnaise* intègre déjà de multiples apports et un creuset de valeurs inestimables.

Raport tousala épi dan so lozik la, ni dwa travay po mèt dobout ansanm in lortograf i rényonazé la lang rényoné:

  • i tyinbotak ek bann grafi lé dobout, épi tir anndan bann grafèm lo pli gadyanm raport zot fonksyonnman dan la lang.

C’est dans cette perspective et dans cette logique que nous devons travailler à l’élaboration d’une orthographe unifiée de la langue réunionnaise:

  • En tenons compte des graphies existantes, et en extraire les graphèmes les plus fonctionnels.
     
  • kontinyé kal nèt ek bann tiktak fonolozik lo rényoné.
  • Mèt ansanm lo plis posib ek bann grafi lézot lang na lo minm soubasman lo rényoné (sétadir bann lang kréol nana dan lo Monn).
     
  • Demeurer sur les principes phonologiques du réunionnais.
  • S’aligner du mieux possible sur les graphies des langues ayant les mêmes bases que le réunionnais. (c’est à dire les langues créoles du monde)
     
  • Agard anklèrénèt bann dernyé roshers lingwistik si lékritir bann lang kréol dan lo Monn.
  • Mèt an aplikasyon bann fondazman lotomi la lang rényoné raport la lang fransé.
     
  • S’appuyer sur les dernières recherches linguistiques en matière d’écriture des langues créoles du monde.
  • Appliquer les fondements d’autonomie de la langue réunionnaise par rapport à langue française.

Na riyink lo réspé so bann règ lé gabyé po in fénésansaz grafik va donn posiblité la lang rényoné èt in lang ékri ek son lotonomi épi pran son drwa nonm ali san mayaz: lortograf rényonazé la lang rényoné:

Seul le respect de ces règles fondamentales d’élaboration graphique, permettrons à la langue réunionnaise d’être une langue écrite à fonctionnalité autonome* et se nommer sans aucune contradiction: orthographe unifiée de la langue réunionnaise.

Fénésansrism anservi anndan so teks
Néologisme utilisés dans ce texte

nyoransaz / denie

anparèyansaz / assimilation

anbaroté / neutraliser

fénésansaz / création

atramayé / aliéné

fonnkézik / poétique

anfrèrnèt / fraternelle

zourpozour / quotidien

mondyaliznazté / mondialisation

makdolinazté / macdonisation

bordazté / maginalisation

movégrèsé / obésité

rényonazé / unifiée

 boule

 

 
Logo