Kébek

Le reflet d'un citoyen dans la Ville cosmopolite

ou

l'histoire d'un noir à Montréal

Marie Flore DOMOND
 

Jean Robert Ndinsil

Jean Robert Ndinsil
Originaire de la République démocratique du Congo
Éditeur du Journal Mille Visages.

Monsieur Ndinsil est l'exception qui confirme la règle en matière de mentalité typique à la grande majorité de ses compatriotes. Pas comme les autres, Il fait de la notion multiculturalisme son cheval de bataille et s'abstient témérairement d'afficher une tête à discussion dans des sujets à teneur politique.

A-t-il choisi le chemin de la facilité ou de la prudence! Toujours est il, l'éditeur avait déclaré antérieurement sur les ondes de la radio CPAM 1610. AM, il y a quelques mois, qu'il préférait concentrer toute son énergie à promouvoir le mariage florissant des cultures engendré par la rencontre des gens de diverses civilisations qu'il côtoie journalièrement dans la Métropole. De son avis, Montréal lui offre l'opportunité de s'enrichir folkloriquement et humainement et pas question pour lui d'ajouter de l'interférence en s'aventurant dans le circuit épuisant et déroutant de la politique.

Le journal qu'il dirige tout en étant éditeur, journaliste, photographe, infographiste, vendeur et distributeur est spécifiquement: Mille Visages, journal multiculturel de Montréal.

«Quand vous lisez mon journal, vous allez vous rendre compte de ce que sont mes valeurs et ce que je souhaite apporter à la société. J'aime vivre avec les gens. J'aime découvrir la culture d'autres pays, j'aime voir les gens ensemble… tout cela est claire dans mon journal Mille Visages.»

Il se définit donc comme étant un journaliste citoyen.

Pour les intéressés, le journal est publié six fois par année autrement dite, à tous les deux mois. On y trouve dans le traitement, une variété de coutume, de mœurs et de folklore de gens de toutes les origines. Parmi les thèmes déjà développés, vous trouverez  entre autre le rituel du carnaval en Haïti édition 2002.

Ma passion pour le papier a débuté depuis mon jeune âge. D'abord, c'est la bande dessinée qui m'avait attiré vers l'imprimée. Je suis bédéiste. Ensuite, j'ai commencé à aimer toute sorte de document imprimé sur papier. Plus tard, j'étais attiré par la mise en page des journaux et magazines. J'aime cet art. À défaut de me trouver un emploi en édition, malgré ma formation en infographie, j'ai fini par créer ma propre entreprise qui s'appelle DIVERS-MÉDIAS. Elle est spécialisée en infographie; particulièrement la conception ou la mise en page des journaux et magazines.

L'éditeur se donne pour mission et vision d'imprimer des documents attrayants ayant un contenu surtout éducatif, informatif et divertissant. Il admire monsieur Pierre Péladeau père, patriarche d'un empire de Presse : Journal de Montréal. C'est mon «idole» précise-t-il. Je m'inspire de lui pour réaliser mes rêves dans le domaine de la presse. Je ne cesse de dire à mes amis: «Je serai Pierre Péladeau noir». Cet homme était un fonceur.
 

  Jean Robert Ndinsil est rédacteur responsable de Appel Afrique.